Metabolic Balance n’est pas un régime à la mode.

 

Aucune barre nutritive ou boisson protéinée, pilule ou autres substituts ne sont nécessaires pour atteindre et conserver votre poids santé. Vos préférences alimentaires sont respectées : sans produits laitiers et/ou sans gluten et/ou allergies et/ou intolérances, etc.

Le principe repose sur un plan de nutrition spécialement adapté à chaque personne. Une analyse complète est effectuée : données personnelles, médicales, alimentaires et biologiques afin d’obtenir une perte de poids durable. Le bilan sanguin (plus de 30 valeurs sanguines) offre un véritable profilage de vos besoins nutritionnels et vous permet ainsi de bénéficier d’un programme alimentaire totalement personnalisé qui vous accompagnera tout au long de votre vie. Un suivi personnalisé de 5 rencontres vous assure la réussite de ce programme alimentaire tant pour répondre aux questions qui se posent au cours de son déroulement, que pour assurer un soutien professionnel et apporter un soutien motivationnel continu.

Le plan de nutrition est divisé en 4 phases distinctes. Hormis la phase préparatoire qui dure deux jours, le programme proposé par Metabolic Balance n’est pas hypocalorique, ni restrictif.

Le principal inconvénient d’un régime restrictif est la baisse du métabolisme de base qui conduit à une reprise du poids dès l’arrêt du régime ou au moindre écart (effet yoyo). Les régimes restrictifs trop souvent hypocaloriques mènent à une perte de la masse musculaire conjointement à celle des graisses. Un régime hypocalorique met l’organisme en mode famine, phénomène prédéterminé par nos gènes qui sont programmés pour nous protéger de la famine en réduisant les dépenses énergétiques de base. C’est pour cela que la plupart des régimes hypocaloriques efficace sur le court terme sont voué à l’échec sur le long terme.

metabolic balance

Louise Lagacé n.d.
418.627.3320
www.louiselagace.com
info@louiselagace.com

Atelier gratuit au Centre de Santé des Nations

Samedi le 3 juin 2017     13h00 

La réflexologie, sur les traces de Madeleine Turgeon


sd

La réflexologie est un type massage, dans la catégorie des médecines douces, qui aide à rétablir la bonne circulation de l’énergie dans le corps, amène une réduction ou élimination des douleurs et aide à atteindre l’équilibre énergétique et métabolique.

Durant cet atelier, je vous parlerai de mes beaux moments avec Madeleine puis, j’expliquerai, très simplement, comment fonctionne la réflexologie. On terminera avec l’apprentissage de quelques points à faire soi-même afin d’utiliser les capacités d’auto-guérison du corps.

Sylvie Dompierre M.PS., R.D., N.D.
Réflexologue, Hypnothérapeute et coach PNL

Détentrice d’une maîtrise en psychologie et d’un certificat en gestion des organisations, de formations en PNL, hypnose, coaching limbique, caractères et morphologie, réflexologie et plusieurs autres, Sylvie Dompierre a œuvré pendant 20 ans en gestion de ressources humaines. Elle se dédie maintenant à l’accompagnement des personnes par la relation d’aide et la formation. 

Conférence sur le plan nutritionnel METABOLIC BALANCE

meta

Un plan de nutrition qui a fait ses preuves depuis plus de 25 ans en Allemagne.

Finit les cures contraignantes, Metabolic Balance est un programme nutritionnel qui s’adresse à quiconque désire réguler son poids, être en forme et augmenter son niveau d’énergie.

METABOLIC BALANCE n’est pas un régime alimentaire standard. C’est un programme destiné à améliorer et équilibrer votre métabolisme. Il consiste à l’élaboration d’un plan nutritionnel personnalisé, basé sur des résultats biologiques (prise de sang) et morphologiques de chaque participant.

Ce qui importe n’est pas tant la quantité que la composition de notre alimentation.

METABOLIC BALANCE vous apportera :

Une perte de poids durable,

Une amélioration de la santé en général

Et une meilleure qualité de vie.

 

Je vous invite à venir me rencontrer

 

IMG_4247

Louise Lagacé n.d.
Herboriste- naturopathe – hypno thérapeute
Conseillère pour Metabolic Balance
Réservation nécessaire au 418 627 3320

 

 


Le 7 décembre à 19h30

Au Centre de santé des Nations, 378 Chef Max Gros Louis, Wendake

 

 

LE SUICIDE FRAPPE PLUS D’UNE PERSONNE

 

sucide

 

affiche-3

Les plantes, les hormones et la fertilité

L’infertilité, à qui la faute?

Cause majeure de désarroi chez les couples, on a longtemps imputé la responsabilité aux femmes dès qu’un couple n’arrivait pas à concevoir un bébé. Aujourd’hui, on sait que l’infertilité n’est pas exclusivement féminine, elle représente 40% des cas, celle des hommes aussi 40%, celle due aux deux partenaires, 10% et il reste un 10% inexpliqué mais les scientifiques qui se penchent sur cette question soupçonnent que les perturbateurs endocriniens qui augmentent sans cesse dans l’environnement, y compris dans l’eau et les aliments que nous consommons y sont pour quelque chose.

jeunecoupleheureuxÀ l’heure actuelle, l’infertilité est généralement définie comme l’inaptitude à concevoir après de six à 12 mois de tentatives. Depuis les 25 dernières années, les problèmes de fertilité augmentent sans cesse. Sur l’ensemble des couples, on estime qu’environ 20% ont du mal à concevoir un enfant donc, un couple sur cinq. La baisse de spermatogenèse causée par les perturbateurs endocriniens serait une donnée du problème, mais l’augmentation de l’âge de la maternité est également un facteur déterminant, car la capacité de fécondation des femmes décline après 30 ans alors que des ratés au niveau de l’ovulation laissent déjà présager la périménopause. De plus, certains problèmes féminins, tels l’endométriose et les fibromes, qui au cours des dernières décennies sont devenus une véritable épidémie, ont également un impact majeur sur la fertilité des femmes.

Outre l’irrégularité ou l’absence d’ovulation, l’usage d’anovulants durant plusieurs années et l’exposition aux produits chimiques (perturbateurs endocriniens), il faut ajouter le tabagisme, les toxicomanies, les carences nutritionnelles et l’épuisement comme facteurs dans la baisse de la fertilité féminine.

Chez l’homme, le faible taux de spermatozoïdes ou leur manque de motilité peut avoir différentes causes qu’un médecin peut diagnostiquer. Cependant, dans 30 à 40 % des cas c’est l’exposition aux phtalates,  perturbateurs endocriniens omniprésents dans les plastiques, qui est pointée du doigt ainsi que la présence de xénoestrogènes (produits chimiques ayant des effets oestrogéniques) dans l’eau potable recyclée et l’usage massif de pesticides par l’agriculture intensive. Et les hommes aussi sont affectés par le tabagisme, les toxicomanies, les carences nutritionnelles et l’épuisement.

Mère Nature à la rescousse

Depuis l’antiquité les humains ont eu recours aux plantes pour améliorer la fertilité. En fait, les preuves de l’utilisation de remèdes à base de plantes pour la fertilité féminine et masculine remontent à 200 après J.-C. Des préparations composées de plantes et d’extraits de plantes ont des effets positifs sur les organes reproducteurs, le système hormonal et l’appétit sexuel. Ces préparations sont prises par les hommes ou les femmes afin d’augmenter leurs chances de concevoir.

Il est impératif en premier lieu de commencer par éliminer, le plus possible, les effets des perturbateurs endocriniens par l’ajout d’indole 3 carbinol que l’on retrouve dans la famille des choux et plus particulièrement dans le brocoli.

 Ensuite plusieurs plantes peuvent aider à améliorer la fertilité chez les deux sexes. En voici quelques-unes :

croixdemalteLa Croix de Malte (Tribulus terristris) est un phytomodulateur. Son action est rapide et efficace dans la plupart des cas. Noté bien, il ne fait que réguler des taux hormonaux anormalement bas sans jamais dépasser les normes physiologiques. On dit donc de lui qu’il est adaptogène, c’est-à-dire qu’il s’adapte à chaque individu pour rétablir au mieux des taux hormonaux en dessous des moyennes personnelles. Chez les hommes, le tribulus terristris augmente le niveau de testostérone et favorise la motilité des spermatozoïdes.

OrtiesLes Orties (Urtica dioica ou Urtica urens) les orties sont très riches en chlorophylle et en minéraux, ce qui aide à régulariser le taux d’hormones.

paindeperdrixLe Pain de perdrix (Mitchella repens) tonifie l’utérus et tous les tissus pelviens chez la femme. Chez l’homme, il tonifie la prostate et encourage la production de spermatozoïdes.

fausselicorneLa Fausse licorne (Aletris farinosa). La racine de fausse licorne est un tonique reproducteur général. Elle rétablit l’équilibre hormonal chez l’homme et elle contribue à stimuler l’ovulation chez la femme.

Plus particulièrement pour les femmes nous avons recours aux :

Vitex ou Gatillier  (agnus castus), ses baies sont bien connues pour améliorer la fertilité féminine. Elles devraient être prises tout au long du cycle menstruel. Elles corrigent les déséquilibres des hormones féminines, rééquilibrent les cycles menstruels et stimulent la glande pituitaire.

L’Actée à grappe noire (Actea racemosa) est reconnue pour son effet oestrogénique.

Le Dong quai  (Angelica sinensis) est utilisé depuis des milliers d’années par les femmes chinoises pour équilibrer le système reproducteur. La médecine moderne a constaté que le Dong Quai est riche en vitamine E, en cobalt et en fer, ce qui favorise la conception.

L’Alchémille  (Alchemilla vulgaris) possède des propriétés dites lutéiniques, son action étant proche de la progestérone. C’est un tonique pour tout l’appareil génital et le plancher pelvien.

Le Framboisier (Rubus idaeus). Sa feuille est riche en calcium et il agit en restaurant l’équilibre hormonal. Il est excellent lorsqu’il est pris en même temps que le trèfle rouge.

Le Trèfle rouge (Trifolium pratense). Le trèfle rouge est un des remèdes pour la fertilité les plus populaires. Riche en vitamines, en calcium et en magnésium, le trèfle rouge nourrit l’utérus et détend le système nerveux, ce qui favorise la conception.

ET pour les hommes on retrouve :

L’Astragale (Astragalus membranaceus) La racine d’astragale est utilisée depuis longtemps pour augmenter les chances de concevoir en améliorant la motilité des spermatozoïdes et leur concentration.

L’avoine (avena sativa) est nutritive et reminéralisante. C’est un excellent tonique du système reproducteur.

Le Ginseng asiatique (Panax Quinquefolius). Aussi appelé ginseng chinois ou coréen, c’est un remède contre l’infertilité dans la médecine traditionnelle chinoise. Il accroît la fermeté et la durée de l’érection ainsi que le taux de testostérone, la concentration et la motilité des spermatozoïdes.

La stellaire (Stellaria media) est un tonique masculin efficace. Il refroidit l’organisme en cas de température du scrotum trop élevée, ce qui a pour effet d’améliorer la survie des spermatozoïdes.

Notez qu’il peut être utile de prendre plus d’une plante à la fois. Si vous les combinez avec d’autres traitements naturels, comme une bonne alimentation et des exercices, vos chances de conception augmenteront considérablement.

Cependant, une mise en garde : il ne faut pas prendre ces plantes en plus d’autres médicaments pour la fertilité. De plus, les plantes peuvent avoir des effets différents d’une personne à l’autre.

Et finalement c’est toujours une bonne idée de consulter un(e) herboriste ou un(e) naturopathe afin de connaître les plantes qui seront les plus bénéfiques et les plus favorables pour vous.

Références : Le journal de la guilde des herboristes, La pharmacie verte (James A. Duke), La santé par les plantes (Maria Treben), L’herbier érotique (Bernard Bertrand).

L’hypnose pourrait remplacer les somnifères pour mieux dormir

sommeil(Relaxnews) – Une nouvelle étude publiée dans le journal Sleep suggère que l’hypnose pourrait aider les personnes qui souffrent d’insomnie ainsi que celles qui n’arrivent pas à atteindre le sommeil profond.

Des chercheurs des universités de Zurich et de Fribourg ont découvert que l’hypnose pouvait améliorer la qualité du sommeil, éliminant ainsi le recours aux somnifères dont les effets sont depuis longtemps remis en question par la communauté médicale.

« Cela ouvre des opportunités nouvelles et prometteuses pour un sommeil de meilleure qualité sans utiliser de somnifères », déclare le biopsychologue Björn Rasch, qui a dirigé l’étude à l’Institut de psychologie de l’université de Zurich, conjointement avec le projet « Sleep and Learning ».

Les sujets de l’étude exclusivement féminins sont en moyenne plus réceptives à l’hypnose que les hommes. Ainsi, 70 jeunes femmes en bonne santé ont donc été séparées en plusieurs groupes en fonction de leur sensibilité à l’hypnose et ont été invitées au laboratoire du sommeil pour une sieste de mi-journée de 90 minutes.

Le groupe d’essai a écouté 13 minutes d’hypnose pré-enregistrées avant de dormir et le groupe témoin s’est concentré sur un dialogue neutre diffusé par des haut-parleurs.

Les patientes les plus sensibles à l’hypnose ont constaté une amélioration de 80% de leur sommeil profond. Le sommeil profond est considéré comme la phase la plus reposante car c’est pendant cette période que les hormones de croissance sont sécrétées, favorisant ainsi la réparation des cellules et la stimulation du système immunitaire.

« Les résultats pourraient s’avérer d’une importance majeure pour les patients qui souffrent de troubles du sommeil et pour les adultes plus âgés, indique la psychologue et directrice de l’étude Maren Cordi. Et contrairement à de nombreux somnifères, l’hypnose n’a pas d’effets secondaires nocifs. »

Les résultats de l’étude révèlent même que des personnes en bonne santé avec un rythme circadien (un rythme biologique d’une durée de 24 heures) plus tardif pourraient parfaire encore davantage leur santé en faisant l’effort d’aller se coucher plus tôt.